FLE : Nouvelles ressources
Une étude originale du Resafad

Zoom
Brèves
SMSI

Nord
Sud

Cours NTIC
Supervision
Biblio-sitographie
Recherche
Etudes
Outils Internet
FLE

Présentation
Bulletins
Liens pays
Partenaires
EduSud

Synthèse des recommandations

A l'issue du séminaire SIRP sur les classes multigrades dans la perspective de l'éducation pour tous dans les zones rurales et/ou d'accès difficile, les participants sont convenus des conclusions suivantes :

Constat

L'ouverture de classes multigrades, dans lesquelles un maître est chargé simultanément de plusieurs niveaux, peut apporter une contribution décisive à l'effort national consenti en faveur de l'éducation pour tous, particulièrement dans les zones rurales ou les zones d'accès difficile, mais seulement lorsque trois conditions essentielles sont remplies :
- l'engagement de l'Etat et la mobilisation des communautés doivent être forts et affichés, notamment par une politique systématique de discrimination positive de la part des autorités aux différents niveaux, national, régional et local ;
- la motivation des enseignants, entretenue par un suivi pédagogique, une action de formation et la mise en place d'un mécanisme de communication destiné à rompre l'isolement des maîtres.
- la dotation en outils pédagogiques, guides pour les maîtres et manuels pour les élèves, et petit matériel didactique pour les activités de groupe au sein de la classe.

A. Propositions à l'intention des décideurs nationaux

Recommandations générales :

1. Il importe que l'appui aux classes multigrades devienne partie intégrante des plans nationaux de développement de l'éducation pour tous. L'ouverture et le soutien à ces classes devraient faire l'objet de stratégies concertées entre les différents départements ministériels concernés et de concertations régulières relayées aux niveaux déconcentrés.

2. L'opportunité d'une structure de soutien et suivi devrait être examinée.

3. Le développement de la scolarisation en zone rurale et tout particulièrement les classes multigrades, devrait bénéficier d'une discrimination positive tant sur le plan des équipements et des matériels que sur celui des personnels (dispositifs de soutien des enseignants).

4. Il importe de mener des campagnes de sensibilisation du public et d'impliquer davantage les parents dans les activités de l'école.

Mesures particulières

5. Il convient, dans le cadre des cartes scolaires nationales, de fixer des normes d'ouverture pour les classes multigrades.

6. Chaque fois que possible, le regroupement des petites écoles autour d'un établissement central (école complète ou même collège) doit être envisagé tant au niveau des responsabilités administratives et de soutien qu' à celui des dotations en matériels pédagogiques (bibliothèques tournantes par exemple).

7. Il convient d'apporter une attention prioritaire à la formation des personnels d'encadrement aux techniques de gestion pédagogique et administrative des classes multigrades.

8. Il est nécessaire de prévoir la mise en place progressive de modalités de formation spécifique, initiale et continue, présentielle et à distance, pour les enseignants affectés dans les classes multigrades, notamment avec des modules de formation consacrés aux techniques de gestion de groupes et d'animation pédagogique.

9. Il y a lieu d'étudier la création ou le renforcement de mesures incitatives pour maintenir les enseignants dans ces classes.

10. Les universités et les instituts pédagogiques devraient être encouragées à entreprendre des recherches multidisciplinaires pour accompagner le développement de ces classes.


B. Rôle de la coopération régionale et internationale.

1. La coopération régionale et internationale devrait contribuer à réhabiliter le statut de cette stratégie de développement de la scolarisation, notamment en la mettant à l'ordre de conférences internationales de haut niveau, et en stimulant la recherche et les échanges entre pays.

2. Il importe que les institutions du système des Nations Unies s'impliquent davantage dans cette stratégie. L'Association pour le développement de l'éducation en Afrique (ADEA) pourrait créer un groupe de travail spécifique pour la scolarisation en zone rurale; l'IIPE devrait de son côté étudier les modalités d'un soutien renforcé aux services de planification pour le développement des classes multigrades.

3. La plus grande priorité devrait être donnée au développement de capacités nationales spécifiques et à la formation de formateurs, notamment par l'identification de l'expertise existante et des offres de formation aux plans national, régional, international, et par l'organisation d'échanges d'expériences ainsi que celle de séminaires sous-régionaux et régionaux.

4. Un appui résolu devrait être donné au plan sous-régional à l'élaboration en commun de matériels de formation et de matériels didactiques susceptibles d'être adaptés aux conditions particulières de chaque pays.

5. Des recherches comparatives internationales devraient être lancées tant sur l'impact de ces classes sur la scolarisation de différentes catégories de populations, sur leur efficacité interne et externe et sur les aspects économiques et leur relation avec le développement et la lutte contre la pauvreté.


C. Recommandations concernant le Resafad et le SIRP

1. Le SIRP devrait continuer à jouer son rôle d'interface et donner l'accès à une documentation sur les diverses expériences en cours dans une rubrique " multigrades " sur le site edusud.

2. Resafad devrait étudier la possibilité de lancer un développement en commun d'une série de modules pour les formateurs et les encadreurs (par exemple dans le cadre de la formation des Directeurs d'école).


 




(Accès réservé)

    • Sirp

     • Resafad





Abomay-Calavi,
03 et 07 mai 2004


* * * * *

Paris,
13 et 14 mai 2003

* * * * *
Dakar,
09 au 13 déc. 2002

* * * * *
Paris,
24 au 26 avril 2002

* * * * *
Ouagadougou,
18 au 22 fév. 2002

* * * * *

Lomé,
19 et 21 mars 2001


Ce site est hébergé par l'IUFM de Bretagne.